Vue aérienne d'un paysage urbain

Tendances

Devineriez‑vous les pays les plus avancés en matière de travail flexible ?

Du coup de pouce à la jeunesse désabusée à la fluidification du trafic dans certaines des villes les plus congestionnées du monde, Paul Sillers cherche à comprendre comme le travail flexible fait la différence dans les pays à travers le monde

 

1. Nouvelle-Zélande : gain de productivité

Réalisé au mois de mars par Perpetual Guardian, une société fiduciaire implantée à Auckland, un test de productivité sans précédent du travail flexible a donné de premiers résultats remarquables. Pendant six semaines, 240 employés de la société ont bénéficié d’un jour de congé par semaine sans modification des autres conditions de travail. Le même salaire pour moins d’heures. L’accord stipulait que les employés devaient atteindre le même niveau de productivité que celui d’une semaine de cinq jours. Pour ce faire, les employés devaient trouver des façons novatrices de travailler sur une période de temps hebdomadaire écourtée.

« Si les employés sont impliqués dans leur travail et auprès de leur employeur, ils sont plus productifs », déclare Christine Brotherton, DRH de l’entreprise. « Nous pensons que l’efficacité découlera d’une plus grande concentration et motivation du personnel, et ce test est l’occasion parfaite pour évaluer nos théories. » (1)

D’après l’étude qualitative et quantitative (2) réalisée par l’université de technologie et l’université d’Auckland, le test de la semaine de travail de quatre jours a mis en évidence une amélioration de 24 % de l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée chez les employés, une diminution du stress de 7 % et une hausse de la satisfaction de vivre globale de 5 %. (3) Concrètement, les résultats n’ont démontré « aucune réduction des performances au travail et les données de l’étude ont mis en avant une hausse marginale au sein de la plupart des équipes » (4), ce qui a attiré l’attention des médias nationaux et internationaux. Ce test fera-t-il des émules ? En tout cas, d’après le New Zealand Herald, les autres entreprises néo-zélandaises observent avec attention la suite des événements chez Perpetual Guardian. (5)

2. Malaisie : saisir l’opportunité

Offrir les mêmes opportunités aux travailleurs constitue le pivot du basculement de la Malaisie vers le travail flexible. Alors qu’une étude récente de TalentCorp et E&Y a mis en évidence que 90 % des entreprises en Malaisie reconnaissent l’importance de proposer la flexibilité (6), récemment encore, les aspirations devançaient la réalité. Une autre étude a révélé que 58 % des employés en Malaisie sont incapables de travailler depuis leur domicile, tandis que 36 % des employés n’en ont simplement pas la possibilité. En conséquence, 94 % des femmes interrogées ont déclaré qu’elles aimeraient rechercher un nouvel emploi dans les 12 prochains mois. (7)

En réponse à ce problème de fidélisation des employés, la vice-première ministre du pays défend un appui politique des horaires de travail flexibles afin de permettre aux femmes d’exploiter leurs compétences professionnelles tout en assumant leurs responsabilités parentales : « De nombreuses femmes sont hautement éduquées et possèdent une solide expérience, mais elles doivent également prendre soin d’enfants en bas âge », explique Datuk Seri Dr Wan Azizah Wan Ismail (également ministre des Femmes, de la Famille et du Développement communautaire). « Si nous ne tirons pas profit de cette opportunité, ce sera une grande perte pour le pays ». (8)

Et les entreprises écoutent. Par exemple, Citibank est la première banque malaisienne à proposer des garderies (9), en plus d’horaires flexibles, du travail à distance, d’une semaine de travail comprimée, du partage de poste, de postes à temps partiel et de dispositifs d’absence autorisée. (10) EY Malaysia propose des horaires décalés aux employés occupant des postes de supervision, ainsi que la flexibilité du temps partiel à domicile, des interruptions de carrière, des congés sabbatiques et un départ progressif à la retraite. Un régime de travail flexible informel a également été mis en place pour permettre à certains employés de travailler à domicile ou de prendre un congé pour faire face à des problèmes personnels, tout en collaborant étroitement avec leur équipe pour garantir que les objectifs professionnels soient atteints. (11)

Chez IBM Malaysia, un programme de mobilité permet aux employés de travailler à domicile ou dans les locaux du client. Il est également possible d’opter pour le travail à temps partiel, ainsi que la semaine de deux ou trois jours. (12)

3. Afrique du Sud : contrôle à distance

Le Cap, l’une des villes les plus congestionnées du monde (13) met en place des contrats de travail à distance (14) et le travail flexible pour épargner aux travailleurs les frustrations inhérentes à la saturation du trafic urbain. (15) Les fréquentes interruptions des services de transport ferroviaire ont contraint les travailleurs à utiliser leur véhicule pour se rendre au travail, densifiant le trafic sur les axes routiers du Cap. Toutefois, des mesures de travail flexible visant à désengorger la ville incluent désormais le télétravail, le travail à distance ou le travail à domicile. (16) Les autorités de la ville essaient de persuader les employeurs d’appuyer cette initiative et le concept fait son chemin.

La société de conseil fiscal Grant Thornton a été l’une des premières à instaurer le travail flexible au Cap. (17) Les employés doivent travailler 8 heures par jour du lundi au jeudi et 7 h 30 le vendredi, mais ils peuvent planifier leur horaire entre 6 h 30 et 17 h 45.

Seconde vue aérienne d'un autre paysage urbain

En Malaisie, 90 % des entreprises reconnaissent l’importance de proposer la flexibilité

 

4. Allemagne : recherche de l’équilibre

En Allemagne, les grèves d’avertissement menées par des employés au début de l’année pour que les employeurs les prennent au sérieux ont suffi pour obtenir des concessions significatives en matière de travail flexible. (18) Les travailleurs pourront ainsi réduire leur durée hebdomadaire de travail de 35 à 28 heures pendant deux ans maximum au motif de leurs obligations familiales grâce à un accord concernant près d’un million d’employés de Baden-Württemberg.

Dans le cadre d’une négociation récente entre la Deutsche Bahn et ses employés, l’opérateur ferroviaire a constaté que lorsqu’il offrait le choix entre un meilleur salaire, une réduction du temps de travail et plus de jours de congé, plus de 50 % des travailleurs optaient pour les jours de congé. (19)

Les Allemands ne sont pas en train d’abandonner leur réputation de travailleurs diligents (20) ; ils expriment simplement davantage leur volonté de travail flexible. L’économie allemande connaissant désormais des taux d’emploi élevés tout en rencontrant des difficultés pour trouver des professionnels qualifiés, la demande de travail plus flexible s’est propagée à travers les institutions et les grandes entreprises en Allemagne.

Par exemple, Union Verdi exige que les 130 000 employés du groupe logistique et postal Deutsche Post (21) aient le choix entre une hausse de salaire de 6 % ou davantage de congés, tandis que des entreprises internationales comme Porsche et Daimler, qui produisent les Mercedes-Benz ont également reçu des demandes syndicales concernant des accords de travail flexible. (22)

5. Japon : mobilisation des jeunes

Un taux de natalité en baisse (23), une population vieillissante (24) et les effets néfastes du surmenage (25) compliquent sensiblement le travail des ressources humaines au Japon. Paradoxalement, pourtant, les dernières statistiques officielles montrent que 600 000 jeunes sont sans emploi dans le pays. (26) Le travail flexible est la solution du gouvernement pour aider la jeunesse à acquérir les compétences appropriées pour améliorer son employabilité au sein d’une main d’œuvre par ailleurs décroissante.

Les incitations incluent des subventions qui développent un nouvel esprit au sein des entreprises japonaises axé sur les avantages du travail flexible, parmi lesquels le travail à distance (pour désengorger les trains de banlieue bondés), le télétravail et les autres modes de connexion aux bureaux basés sur le cloud.

Les entreprises ont réagi en utilisant les technologies pour tirer profit des ressources sous-exploitées de la jeunesse en impliquant et formant les jeunes à l’aide des méthodes de travail à distance. Par exemple, SODATEAGE-NET (implantée à Tokyo), en coopération avec Microsoft Japon, a mis au point le programme de stage en télétravail « Youth UP ». (27) Microsoft envoie des instructeurs aux organismes à but non lucratif afin d’améliorer leurs compétences en informatique et former le personnel des groupes de soutien afin d’en faire des instructeurs en informatique. 41 organismes à but non lucratif ont rejoint le projet dans les 2 ans suivant son lancement à travers tout le Japon.

Dans une initiative distincte, en août dernier, l’entreprise pharmaceutique Takeda a dévoilé son système de travail hautement flexible (28) qui comprend la suppression du nombre minimal d’heures de travail quotidien défini, ainsi que l’instauration de demi-journées de travail, de pauses à mi-travail (un temps de pause supplémentaire), de courtes pauses pendant les heures de travail pour un rendez-vous chez le médecin ou à la banque (avec l’accord du responsable) et une évolution du télétravail. En d’autres termes, le travail flexible et à distance ne signifie plus nécessairement à domicile.

6. Royaume-Uni : manifeste pour le changement

Les données récemment publiées par HSBC (29) révèlent que « 89 % des employés britanniques pensent que le travail flexible est la clé pour améliorer les niveaux de productivité », « le travail flexible étant plus susceptible d’augmenter la productivité des travailleurs que les incitants financiers ». En outre, 81 % des travailleurs britanniques qui peuvent travailler à distance pensent que cette opportunité les aide à améliorer leur productivité : d’où un lien évident entre la culture du travail flexible et la hausse de la productivité des entreprises.

La société de conseil en travail flexible Timewise (30) défend la cause du travail flexible en développant des programmes qui s’adaptent aux dossiers commerciaux et aux objectifs stratégiques des entreprises. Dans un rapport co-publié avec Deloitte (31), elle présente un plan d’action en cinq étapes : provoquer un changement culturel, accroître l’égalité des chances, définir la flexibilité des emplois, obtenir le soutien de la direction et collecter les données des réussites.

La société de conseil publie également les résultats de son concours annuel « Timewise Power 50 » (32) qui identifie les responsables et les employés novateurs qui font la promotion du travail flexible. Le Lloyds Banking Group a remporté le prix de l’embauche flexible (« Flexible Hiring ») grâce à sa « récente décision d’adopter une approche d’équipe en matière de travail flexible s’appuyant sur les directives du responsable hiérarchique et tenant compte des besoins de l’intégralité de l’équipe lors de la planification des rôles ». La flexibilité est à présent proposée par défaut par Lloyds. Environ 90 % de tous les postes vacants sont désormais annoncés comme étant flexibles. En comparaison, la moyenne nationale est de 12 %.

Le ministre de la Défense britannique a également été primé pour sa « tentative de fonctions flexibles » qui étudie dans quelle mesure la flexibilisation d’un emploi pourrait permettre au personnel de réduire son niveau d’implication pendant une durée limitée au cours d’une carrière plus longue.

 


Paul Sillers est un journaliste britannique et auteur du livre International Business Etiquette 20:20

Sources :

(1) https://www.perpetualguardian.co.nz/our-services/four-day-working-week-trial

(2) https://www.theguardian.com/world/2018/jul/19/work-less-get-more-new-zealand-firms-four-day-week-an-unmitigated-success

(3) https://www.employeebenefits.co.uk/issues/july-2018/perpetual-guardian-four-day-week/

(4) https://www.employeebenefits.co.uk/issues/july-2018/perpetual-guardian-four-day-week/

(5) https://www.nzherald.co.nz/business/news/article.cfm?c_id=3&objectid=11990560

(6) http://www.theedgemarkets.com/article/more-organisations-see-importance-worklife-practices

(7) https://hrasiamedia.com/uncategorized/2018/75-of-malaysian-mothers-quit-their-jobs-due-to-a-lack-of-flexibility/

(8) https://www.nst.com.my/news/nation/2018/06/378523/flexi-hours-work-arrangement-women-should-be-implemented-dpm

(9) https://www.citigroup.com/citi/news/2010/101123d.htm

(10) https://www.makchic.com/family-friendly-companies-work-malaysia/

(11) https://www.ey.com/my/en/careers/students/life-at-ey#fragment-0-na

(12) https://www.makchic.com/family-friendly-companies-work-malaysia

(13) https://www.tomtom.com/en_gb/trafficindex/list?citySize=LARGE&continent=ALL&country=ALL

(14) http://resource.capetown.gov.za/documentcentre/Documents/City%
20strategies,%20plans%20and%20frameworks/TDM%20Strategy.pdf

(15) https://businesstech.co.za/news/business/244325/cape-town-adopts-flexible-working-hours-to-solve-its-worsening-traffic-problem

(16) https://www.tda.gov.za/en/transport/transport-network/congestion/

(17) https://www.grantthornton.co.uk/insights/unlock-the-potential-for-growth-of-your-people/

(18) https://www.bbc.co.uk/news/world-europe-42959155

(19) https://uk.reuters.com/article/us-germany-wages/german-union-ig-metall-threatens-all-out-strikes-ahead-of-wage-talks-idUKKBN1EZ0XG

(20) https://data.oecd.org/lprdty/gdp-per-hour-worked.htm

(21) https://uk.reuters.com/article/us-germany-wages/german-union-ig-metall-threatens-all-out-strikes-ahead-of-wage-talks-idUKKBN1EZ0XG

(22) http://www.hrreview.co.uk/hr-news/strategy-news/german-industrial-workers-win-right-flexible-hours/110037

(23) https://asia.nikkei.com/Economy/Five-things-to-know-about-Japan-s-work-reform-law

(24) https://www.regus.co.uk/work-uk/japan-embraced-flexible-working/

(25) http://uk.businessinsider.com/japan-is-facing-a-death-by-overwork-problem-2018-3?r=US&IR=T

(26) https://tradingeconomics.com/japan/youth-unemployment-rate

(27) https://news.microsoft.com/apac/features/working-for-a-change-breaking-free-from-the-traditional-work-culture-in-japan/

(28) https://www.takeda.com/newsroom/takeda-announces-introduction-of-new-highly-flexible-work-styles/

(29) https://www.about.hsbc.co.uk/-/media/uk/en/news-and-media/cmb/171108-flexible-working.pdf

(30) https://timewise.co.uk/

(31) https://timewise.co.uk/wp-content/uploads/2018/05/Manifesto-for-change.pdf

(32) https://timewise.co.uk/employer-awards-2018/